Formation continuée

Deux ateliers de formation continuée

La formation continuée s’adresse aux professionnels du conte.
Deux ateliers indépendants sont déjà au programme de cette formation continuée : Questions de répertoire, et Sources coloniales.

La pédagogie développée au sein de l’École internationale du Conte est essentiellement axée sur la pratique. Elle met en place les rapports entre écriture et oralité, en explorant la particularité de la langue parlée et les différences fondamentales qui la séparent de l’écriture.

Emmanuelle Saucourt

Emmanuelle Saucourt est docteur en anthropologie, spécialiste de littérature orale. Ses recherches et expérimentations portent sur les formes contemporaines d’incarnation de la parole traditionnelle, notamment par l’accompagnement du travail des conteurs.

Elle propose des formations autour du conte, sur des questions liées à la maladie d’Alzheimer, au corps, aux femmes et aux trajets initiatiques. Elle enseigne aussi les bases de littérature orale auprès de plusieurs organismes, comme l’école nomade du conte Kom Panis dont elle est l’une des fondatrices.

Découvrez les différents ateliers :

DATES : 21 et 22 novembre 2020
PAR Emmanuelle Saucourt
TARIF : 120 euros
LIEU : au Théâtre de la parole

CONTENU :
Il est difficile d’identifier les critères de sélection des contes propres aux conteur.euses. Nous les croyons très réfléchis, construits sur une logique artistique, mais ils sont très souvent intuitifs et émotionnels. A partir de là, comment donner une cohérence à ce paysage intérieur de contes ?
Le multiculturalisme des répertoires sera aussi abordé, en s’interrogeant sur les sources et leur pertinence dans l’approche d’une autre culture. Comment intégrer des territoires, des cultures sans verser ni dans le folklorisme, ni dans l’acculturation, mais plutôt tendre à une forme de métissage ?
Enfin la voie des chemins symboliques sera explorée. Ceux-ci peuvent être les fils qui tissent la trame d’un répertoire.

Un travail à la fois théorique et pratique à partir d’une interrogation collective du répertoire de chacun.e des participant.es.
Cet atelier s’appuie sur les thématiques dégagées lors des rencontres du 22 novembre 2019. Pour les personnes intéressées nous pouvons vous fournir un résumé de cette rencontre.

DATES : le 23 novembre 2020
PAR Emmanuelle Saucourt
TARIF : 50 euros
LIEU : au Théâtre de la parole

CONTENU :

Travailler sur la décolonisation de la matière orale, c’est tout d’abord se poser la question des sources et de leur contexte de collecte. Quand aujourd’hui on parle de « contes africains », quelle est en réalité la matière que nous avons
entre les mains ? Quand, par qui et comment a-t-elle été recueillie ? Peut-on les considérer comme fiables ? Et finalement qu’entendons-nous par fiabilité dans le contexte colonial ?
Tous ces questionnements nous invitent à regarder précisément ce que l’on cherche dans ces « contes africains » : du folklore, des traces de notre histoire coloniale, des spécificités culturelles ou des contes, voix de l’humanité ?
Pour ouvrir les discussions, je vous présenterai le trajet de l’auteur malien
Amadou Hampâté Bâ, de l’oral à l’écrit des contes traditionnels de la culture
Peule et Mandingue. Mais aussi son trajet du temps de la colonisation à la
tribune de l’ Unesco, où, en 1962, il prononça cette phrase restée célèbre : « en Afrique, quand un vieillard meurt, c’est une bibliothèque qui brûle ».

en pratique

Inscription aux formations par mail à ecoleduconte@theatredelaparole.be (Attention : L’inscription n’est validée qu’après confirmation du secrétariat et réception du paiement)