Journée 3

Vendredi 28 janvier – Espaces publiques et éducation populaire

« La ville est un lieu qui produit plus que le lieu : liberté et parole libre »

René Schoonbrodt

La ville c’est aussi « l’autre rue, celle qu’on ne foule jamais, c’est le centre secret des îlots, les cours ultimes, c’est ce que les façades dissimulent, c’est mon ennemi, si j’en ai un, (…), c’est la modeste librairie dans laquelle on entre parfois, et que nous avons oubliée, c’est cette rafale de milonga sifflée que l’on reconnaît et qui nous émeut, c’est ce qui s’est perdu et ce qui sera, c’est l’ultérieur, le différent, le latéral, le quartier qui n’est pas le tien ni le mien, ou que nous ignorons et que nous aimons »

Borges

Espaces publiques et éducation populaire 

Programme de la journée

12h00-14h00 : Ecoute la ville parle

Exposition vivante – performance – interventions artistiques - création sonore - Visites guidées (+petite restauration)

13h30 :  Babel – épisode 1 

14h-16h : Atelier d’écriture pour regard et voix– avec Serenella Martufi et Francesco Moraca - Medeber teatro asbl – Maison du Prieur

Dans l'espace vide, le passé apparaît à travers des signes apparemment déconnectés: messages d'amour et de lutte, entrelacements métisses du naturel et de l'artificiel. Le morceau de plastique est piégé par l'herbe qui pousse. La fleur perce le béton, l'arbre pousse pour briser les fondations du bâtiment. L'être humain et la nature se retrouvent libres dans l'espace non dessiné, oublié, non codé, dans l'espace potentiel de l'imaginaire.

Medeber Teatro propose un atelier d'écriture pour regard et voix, pour dialoguer avec le vide, avec les images qui le peuplent, pour que du vide puisse naître la réécriture de la ville même 

16h : Babel – épisode 2 – 20 minutes

16h30-18h30 – Conférence dialoguée - Dialogue autour du vide et de la désobéissance

Il est communément admis que les droits et obligations des citoyens sont définis par la loi, monopole de nos élus; dès lors tout ce qui n'est pas interdit est permis.

De ce fait, le paradoxe serait que notre liberté trouverait principalement sa source dans un immense vide juridique.

Cette apparente gloire du vide juridique ne cacherait-elle pas des effets pervers ?

Et si un architecte ne construisait que du vide ?

Ce vide dans lequel nous marchons, aimons, travaillons… plus ou moins librement.

Le vide de l’espace privé ou public, dans lequel tout peut surgir… hormis les pires obstacles.

Le paradoxe serait donc que le vide nous autorise à toutes les franchises.

Cette fallacieuse réputation du vide permettrait-elle la libération ?

En échangeant quelques anecdotes de leur vie professionnelle, un juriste et un architecte, artistes de la parole à leur manière, nous questionnent sur les choses les plus importantes qu’offrent la liberté et l’espace public.

Entre frustration et jouissance, le vide et l’espace public permettent, en tous cas, de créer-crier.

Invités : Jean Paul Tournay, architecte, urbaniste, professeur honoraire et Jean Louis Misrahi, juriste, ancien avocat

Avec les rebonds de Magali Mineur, artiste de la parole et co-directrice du Théâtre de la parole

18h30 :  Babel – épisode 3 et 4 – 40 minutes

Création originale de et par Magali Mineur (écriture) / Benoît Leseure et Marine Horbaczewski (composition)

Interprétation : Magali Mineur (paroles) – Benoît Leseure – Jean François Durdu (violon alto)- Margaret

Comme à chacune des rencontres entre Magali Mineur et Bow quintette, Babel sera présenté en 4 épisodes originaux mêlant musique, paroles, sons et bruitages en vue de vivre un moment à la fois drôle, grave et fou !

Public : +12 ans | Durée : 4 épisodes de 20 minutes 

 

 

 

Journée 3

Gratuit

« La ville est un lieu qui produit plus que le lieu : liberté et parole libre »

René Schoonbrodt

Réinitialiser

Subtotal:

Add-ons total:

Total:

UGS : ND Catégorie :

Au Théâtre de la parole, rue du Rouge-Cloître 7d, 1160 Auderghem

Description

Espaces publiques et éducation populaire 

Programme de la journée

12h00-14h00 : Ecoute la ville parle

Exposition vivante – performance – interventions artistiques – création sonore – Visites guidées (+petite restauration)

13h30 :  Babel – épisode 1 

14h-16h : Atelier d’écriture pour regard et voix– avec Serenella Martufi et Francesco Moraca – Medeber teatro asbl – Maison du Prieur

Dans l’espace vide, le passé apparaît à travers des signes apparemment déconnectés: messages d’amour et de lutte, entrelacements métisses du naturel et de l’artificiel. Le morceau de plastique est piégé par l’herbe qui pousse. La fleur perce le béton, l’arbre pousse pour briser les fondations du bâtiment. L’être humain et la nature se retrouvent libres dans l’espace non dessiné, oublié, non codé, dans l’espace potentiel de l’imaginaire.

Medeber Teatro propose un atelier d’écriture pour regard et voix, pour dialoguer avec le vide, avec les images qui le peuplent, pour que du vide puisse naître la réécriture de la ville même 

16h : Babel – épisode 2 – 20 minutes

16h30-18h30 – Conférence dialoguée – Dialogue autour du vide et de la désobéissance

Il est communément admis que les droits et obligations des citoyens sont définis par la loi, monopole de nos élus; dès lors tout ce qui n’est pas interdit est permis.

De ce fait, le paradoxe serait que notre liberté trouverait principalement sa source dans un immense vide juridique.

Cette apparente gloire du vide juridique ne cacherait-elle pas des effets pervers ?

Et si un architecte ne construisait que du vide ?

Ce vide dans lequel nous marchons, aimons, travaillons… plus ou moins librement.

Le vide de l’espace privé ou public, dans lequel tout peut surgir… hormis les pires obstacles.

Le paradoxe serait donc que le vide nous autorise à toutes les franchises.

Cette fallacieuse réputation du vide permettrait-elle la libération ?

En échangeant quelques anecdotes de leur vie professionnelle, un juriste et un architecte, artistes de la parole à leur manière, nous questionnent sur les choses les plus importantes qu’offrent la liberté et l’espace public.

Entre frustration et jouissance, le vide et l’espace public permettent, en tous cas, de créer-crier.

Invités : Jean Paul Tournay, architecte, urbaniste, professeur honoraire et Jean Louis Misrahi, juriste, ancien avocat

Avec les rebonds de Magali Mineur, artiste de la parole et co-directrice du Théâtre de la parole

18h30 :  Babel – épisode 3 et 4 – 40 minutes

Création originale de et par Magali Mineur (écriture) / Benoît Leseure et Marine Horbaczewski (composition)

Interprétation : Magali Mineur (paroles) – Benoît Leseure – Jean François Durdu (violon alto)- Margaret

Comme à chacune des rencontres entre Magali Mineur et Bow quintette, Babel sera présenté en 4 épisodes originaux mêlant musique, paroles, sons et bruitages en vue de vivre un moment à la fois drôle, grave et fou !

Public : +12 ans | Durée : 4 épisodes de 20 minutes 

 

 

 

Informations complémentaires

Gratuit

Gratuit

Ceci vous intéressera également :