Les invisibles

Transmettre un savoir et une pratique innovante

Le Théâtre de la parole proposera sa deuxième saison en veillant à transmettre un savoir et une pratique innovante.

Grâce aux formations offertes par l’Ecole du conte qui s’adaptent à un public très diversifié avec trois modules distincts et des passerelles pédagogiques vers d’autres compétences, et d’autres disciplines : voix, corps, écriture, musique…
Grâce aussi à de nouvelles résidences de création, véritables immersions et confrontations à l’oralité dans tous ses états, occasions de faire lien permanent avec tous les arts dans un souci de modernité.
Grâce à des recherches et des découvertes à partager : les thèmes et projets génèrent des outils pédagogiques. Ceux-ci sont spécialement conçus pour les différents secteurs sociaux, économiques et culturels.

L’invisible

L’invisible, c’est la gravité qui nous retient et qui fait tomber la pomme, le ver dans la pomme jusqu’à ce qu’on y croque à pleines dents, les dieux qui font la pluie et le beau temps sans prévenir, le trop-petit pour être vu à l’oeil nu, les radiations et les rayonnements des astres et des corps, ce qui reste derrière l’horizon chaque fois qu’il recule, le danger imprévu, l’amour aveugle, l’intuition jusqu’à ce qu’on l’écoute vraiment, là où nous mettons les pieds sans le savoir, les mensonges vrais et les paroles non-dites, les ombres habitées, le vide que nous remplissons, l’espace que nous cherchons vainement, l’Autre invisible…

Le Théâtre de la parole oeuvre pour donner une voix aux sans voix, rendre la parole à ceux qui ne parlent pas, restituer le verbe à ceux qui en ont été bannis. Parler des Invisibles, dans des spectacles, des interventions, c’est plus que quelques mots, ce sont des caresses prometteuses du patrimoine oral dont le Théâtre de la parole se fait l’artisan-défenseur.

« Je te donnerai une bague enchantée; quand tu en retourneras le rubis tu seras invisible, comme les Princes dans les contes de fées… »
Lautréamont, Les Chants de Maldoror

La saison

La saison s’ouvrira sur Paroles de résistance, festival résolument tourné vers le changement et l’innovation.

Une clowne, un poète, un conteur, tous les trois invisibles pour parler de la transparence et de toutes sortes de qualités impalpables seront les compagnons de 5 journées folles et belles, au rythme des paroles croisées, de musique métissée, de documentaires engagés, de balades sonores.

A voir aussi, entendre et apprécier : Baba Yaga, sous le souffle de la parole symbolique ; De fil en aiguille, quand la peur empêche de tisser notre destin ; et la place du conte dans la justice ; Ni cage, ni nid, du temps de la république des poils et des plumes…

« Faire du théâtre, c’est peut-être un métier ou plusieurs, mais ce Nouveau théâtre sera alors plus que le théâtre, il sera aussi un mouvement culturel et d’une certaine manière politique. »
Pasolini

Tel est le début de la saison 2019-2020 au Théâtre de la parole.

Jean-Paul Tournay