Festival Paroles de résistance : 4ème édition

Le festival Paroles de résistance

Paroles de résistance repose sur une infinité d’interrogations, de formes. Des textes, chants, images, goûts, et aussi des paroles pour aborder la question de la résistance, de la désobéissance d’un point de vue politique, féministe, personnel, pour questionner notre subordination parfois invisible. Elle sera notre point de départ et nous guidera tout le long du festival, en alimentant nos cris, nos chants, nos danses, nos paroles.

La désobéissance

Quand obéissons-nous ? A quoi et surtout comment ? Et quand devons-nous désobéir et pourquoi ? Quelle est la différence entre la soumission, le conformisme de tradition et quelle différence y a-t-il entre la révolte, la résistance, la réforme, la rébellion ?

S’il est important d’avoir des règles déterminées, censées, justifiées et légitimes au sein de toute structure, il est tout aussi nécessaire d’apprendre à les enfreindre. Aller au-delà de ces règles de façon intelligente et novatrice est une façon d’affirmer un nouveau système de valeur qui dépassera celui existant.

Transgresser, c’est franchir une limite, une ligne proscrite, lorsque notre autonomie de jugement nous l’impose. La désobéissance responsable s’accompagne toujours d’une obéissance. Antigone par exemple, a désobéi à Créon car il existe une loi naturelle et sacrée des cérémonies funèbres, non écrite mais immuable indépendante de la volonté de l’homme. La transgression réfléchie est un acte légitime, où le for intérieur de l’homme prend le dessus, c’est un acte responsable. Christabel et Annie Kenney, les militantes anglaises, illustrent parfaitement cette désobéissance responsable quand elles se sont fait arrêtées pour avoir crié des slogans en faveur du vote féminin pendant une réunion politique du Parti libéral, en 1905. C’est d’ailleurs le début d’un grand nombre d’arrestations pour les suffragettes. Elles désobéissent pour un monde plus juste. On a tendance à assimiler la transgression au trouble, au désordre, alors que ce qui divise, ce qui crée ce désordre c’est le pouvoir. La transgression quant à elle, cherche l’ordre sans le pouvoir, par le biais de la discipline que chacun s’imposera à lui-même, libre de celle dictée arbitrairement, selon les préoccupations des dominants. Elle tente de dépasser les lois conventionnelles,

Nous pensons qu’il est plus que temps de nous poser ces questions avec vous et à travers la création artistique, dans toute sa puissance imaginaire, seule capable de nous permettre de faire face à la réalité, de préserver le «soi public, notre intimité politique. Il est en nous, puissance de jugement, capacité de penser, faculté critique. C’est depuis ce point en nous que sourd le refus des évidences consensuelles, des conformismes sociaux, du prêt-à-penser.

Déroulement du festival

Tout au long du festival, Camille Pier, jouera le rôle de Monsieur Déloyal. Ce « emcee » poétique, présentateur à la parole dissidente, guidera les oreilles et les imaginaires du public d’un bout à l’autre du programme.